Twenga : la chute d’un modèle

Twenga : ce nom parle sûrement à la majorité des webmasters de ventes en ligne.
Cette société propose un comparateur de prix généraliste. A l’instar des annuaires, cela veut dire que tous les produits peuvent être mis en avant sur ce guide : du micro-ondes aux vêtements en passant par les produits de beauté…

Qu’est-ce qu’un comparateur de prix ?

Un comparateur est un site internet qui permet, comme son nom l’indique, de comparer le tarif et les caractéristiques des produits proposés par différentes ventes en ligne.
Par exemple, sur Twenga, vous pouvez comparer le tarif de l’iPhone 4 Apple 16 GB : un article mis à disposition par une dizaine de boutiques en ligne faisant appel aux services du comparateur.


Comparaison-twenga
comparatif-twenga

Toutes les ventes en ligne peuvent faire appel aux services des comparateurs de prix. Pour cela, il suffit de s’inscrire au programme d’affiliation de ceux-ci. Certains sont gratuits, d’autres nécessitent une contribution, vous devrez alors rémunérer le comparateur à chaque visite qu’il vous envoie (CPC : Cost per Click pour Coût par Clic) ou lorsque vous effectuez une vente en provenance du comparateur (CPA : Cost per Action pour Coût par Acquisition).

Fonctionnement du comparateur de prix Twenga :

Twenga propose deux types d’indexation qui ont fait sa force : une indexation par flux de données et une indexation naturelle des produits.

En effet, contrairement à la majorité des comparateurs qui ne proposent que la mise en place d’un flux de données qui nécessite, soit un certain niveau de compétences techniques (donc, de faire appel à une société spécialisée dans la majorité des cas), soit de faire appel à un logiciel de gestion payant permettant de simplifier l’instauration des flux (par exemple : Beezup); Twenga propose aussi une indexation naturelle des produits par l’intermédiaire d’un robot d’indexation TwengaBot qui fonctionne sur le même principe que les moteurs de recherche.
Dès lors que l’inscription au programme Twenga est terminée et validée, le comparateur ordonne à son robot d’indexer les produits du site partenaire sans aucune action technique particulière.

Cette seconde technique a permis à Twenga de toucher de nombreux acteurs e-commerce qui ne disposent pas de compétences techniques particulièrement avancées.

Google Panda vs Twenga :

Ce modèle, à la fois très intéressant pour les e-commerçants et pour Twenga lui-même, a rencontré un obstacle de taille cette année. En effet, à la mi-août, Google a déployé son filtre contre les sites à faible valeur ajoutée et visant en première ligne : les comparateurs de prix.

Depuis l’officialisation du filtre Panda, Twenga a perdu petit à petit en visibilité.

En effet, le principe d’indexation naturelle des produits d’une boutique était bien vu par Twenga.
Seul bémol : en proposant un tel service, le comparateur s’expose au risque de fournir du contenu dupliqué aux moteurs de recherche même si ces derniers représentent une part non négligeable de son trafic. C’est sans compter les flux de données mal optimisés proposant des catalogues identiques.

À ce titre, Twenga a subi les foudres de Google !

Selon les dernières analyses de Rank Metrics, twenga.fr a perdu 54,2% de visibilité depuis l’instauration du filtre. C’est l’un des principaux perdants du filtre Google Panda V1.

La réponse de Twenga !

Les pertes de la société doivent commencer à se faire sentir comme peuvent en témoigner les deux plans de sauvegarde visant a licencier 50 salariés de Twenga France (cf : Twenga – Le Journal du Net). C’est la raison pour laquelle, lors du Salon E-commerce de septembre 2011 et lors de sa dernière newsletter, la société Twenga a mis en avant sa nouvelle structure : AffinitAD. Cette nouvelle plateforme d’affiliation publicitaire consiste à proposer des publicités dites « In-Text ». Autrement dit, après analyse du contenu, le système AffinitAD cible des mots clés et propose des liens publicitaires incorporés dans les textes. Donc, les produits indexés sur le comparateur Twenga pourront aussi être proposés sur une liste de sites partenaires !


Affinitad-twenga

Une réponse qui laisse place à quelques interrogations :

  • En matière de référencement naturel : est-ce un aveu d’impuissance du comparateur Twenga face au filtre de Google ?
  • Le nouveau service AffinitAD va-t-il permettre de combler les pertes du comparateur Twenga ?
  • Mais la question la plus importante reste la suivante  :
    Est-il toujours possible de concurrencer la machine Google lorsqu’elle décide de s’implanter dans un secteur ? (cf : Google Shopping) ?

5 commentaires sur “Twenga : la chute d’un modèle”

Vous pouvez laisser une réponse ou un Trackback sur cet article.
  1. Les 3 questions de la conclusion sont fortement pertinentes, surtout la dernière. A lire les tweets du directeur de Twenga, je pense qu’il a d’ores et déjà sa réponse.

    Pour connaitre le secteur des comparateurs de prix, je sais que l’impact de Panda s’est aussi beaucoup vu sur la longue traine, et c’est cela qui a du faire le plus de mal à Twenga & Co.

    Par contre il faut arrêter la mauvaise foi en disant que twenga « pique de la visite ». Si un marchand n’est pas bien placé niveau prix pour le même produit en délivrant les mêmes services alors twenga ne fait que réduire la recherche…Si il y a conversion derrière, faut pas se plaindre ^^

  2. Il faut bien avouer que les comparateurs de prix comme Twenga pourrissaient les recherches sur Google pour les internautes, je trouve personnellement que les recherches sont bien plus agréables aujourd’hui, parce que l’on tombe sur de vrais sites et plus sur une abondance d’informations.

  3. On peut trouver plus appréciable d’avoir de plus en plus de sites à « contenu intéressant » dans les résultats de recherche Google (même si on peut se poser la question pour Youtube qui s’est vu favorisé par Panda). Par contre ce qui m’inquiète c’est de voir que Google est en train de façonner le web à son image. Google sait pertinemment qu’un site non référencé chez lui ne sera pas visible sur la toile et du coup il est en train de dicter au monde entier « sa vision » du web et sa vision d’un « bon site internet »

  4. Olivier Duffez (WRI) dit: #20

    C’est clair que Google cherche à réduire la visibilité des intermédiaires au profit de ses propres services. Maintenant, on peut aussi se demander si c’est normal que le business d’un comparateur dépende à ce point de Google : si le comparateur est bon, les internautes lui seront fidèles et reviendront. Mais ce sera quasi impossible de maintenir des trafic équivalents à l’avant Panda.

    Sinon heureusement pour les comparateurs (et tout le monde), si on a perdu de la visibilité en SEO, on peut passer à AdWords pour retrouver notre trafic : http://www.webrankinfo.com/dossiers/adwords/annonces-dynamiques-sur-recherches

    Merci Google ;-)

  5. @Olivier, passer du SEO au PPC, c’est ce qu’incite à faire google, mais ça coûte très cher!

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié.